top of page

Avortement: Lancement du mouvement "Ma voix, mon choix" :  une coalition féminise des plus importantes associations européennes pour le droit de choisir et la solidarité en Europe

Au lendemain du vote historique du Congrès pour l’avortement, en France, les plus grandes organisations féministes de l’Union européenne se sont réunies le 6 mars en Slovénie pour annoncer le lancement d’un mouvement révolutionnaire. Elles ont déposé auprès de la Commission européenne une Initiative citoyenne européenne, qui, une fois enregistrée, permettra si elle recueillie 1 million de signature dans l’UE que le Parlement se prononce sur un accès libre et gratuit à l’avortement pour chaque citoyenne des pays membres.

Au-delà, ce projet vise aussi à constituer un vaste réseau de féministes européennes pour faire face aux incessantes et nombreuses attaques contre les droits des femmes en Europe. Retrouvez dans le communiqué ci-joint déjà largement relayé par de nombreux médias en Espagne, en Pologne ou  en Slovénie, les mots des principales responsables féministes européennes.

" Nous constatons beaucoup de tristesse et de désespoir dans le monde entier. Nous avons décidé d'apporter de l'espoir, de créer un mouvement connecté pour les droits reproductifs en Europe et dans le monde. Nous voulons nous assurer que chaque femme a le droit à un avortement gratuit et accessible." 

Nika Kovač, coordinatrice de la campagne.

La campagne Ma voix, mon choix a été lancée à Ljubljana, en Slovénie.

C’est un moment historique puisque des activistes et des organisations de 8 pays différents sous la houlette de l’organisation slovène, Institut 8 mars, ont annoncé le lancement du mouvement "Ma voix, mon choix", une initiative révolutionnaire visant à faire progresser les droits des femmes et à garantir des choix reproductifs accessibles et sûrs pour toutes les femmes à travers l'Europe.

"Le mouvement a rassemblé des mouvements européens, dont l'Institut 8 mars, le mouvement espagnol dirigé par les militantes Kika Fumero et Cristina Fallaras, l'association finlandaise des femmes Unioni, le mouvement polonais Ogólnopolski Strajk Kobiet (Grève des femmes polonaises) et le collectif Wschod, le collectif français "Ma Voix, Mon Choix" mené par Alice Coffin et Silvia Casalino, Abortion Rights Campaign et le National Womens Council of Ireland. Notre mission est de trouver un allié dans chaque pays européen et d'étendre le mouvement à l'échelle mondiale", explique Maja Koražija, coordinatrice du réseau de la campagne.     


Le mouvement "Ma voix, mon choix" : Vue d'ensemble


Le mouvement "Ma voix, mon choix" est une initiative paneuropéenne menée par une coalition d'activistes, d'organisations et de citoyens déterminés à faire des droits génésiques des droits humains fondamentaux. "Notre objectif est clair : nous voulons mettre en place un mécanisme européen qui garantisse à chaque femme l'accès à un avortement sûr et légal pour toutes celles qui souffrent et meurent encore inutilement à cause du manque d'accès sûrs à l’avortement. Nous avons soumis une initiative citoyenne européenne à la Commission européenne pour obtenir ces changements juridiques et nous attendons son enregistrement. Notre prochain objectif est de recueillir un million de signatures en faveur de cette proposition dans les prochains mois." a détaillé Nika Kovač.  


Un appel unifié au changement 

Les intervenantes ont mis en lumière les diverses raisons qui motivent le mouvement, des plus personnelles aux plus politiques, soulignant le besoin universel d'autonomie sur son corps et le droit de choisir. Les histoires partagées aujourd'hui dans des pays comme la Pologne, l'Italie et l'Espagne mettent en lumière les dures réalités auxquelles sont confrontées les femmes et le besoin urgent d'une réponse européenne collective.

"Les femmes unies peuvent déplacer des montagnes. En tant que jeunes militantes polonaises, nous sommes fières de participer à la campagne "Ma voix, mon choix". Une Europe juste et sûre est possible - et nous nous battrons pour cela comme des diables, en confrontant nos politiciens, en parlant aux femmes de toute la Pologne et en construisant l'armée féministe de notre temps", déclare Dominika Lasota, Wschod (Pologne).

Aiski Ryökäs, Naisasialiitto Unioni (Finlande) poursuit : "Grâce à notre travail acharné, le droit à l'avortement en Finlande a finalement été renforcé par la loi l'année dernière. Lorsque nous avons entendu parler de cette campagne, nous avons immédiatement pensé : "Le moment est venu de faire en sorte que la même chose se produise partout dans l'UE. C'est pourquoi Naisasialiitto Unioni a rejoint cette campagne. Ce printemps montrera le pouvoir de la solidarité féministe au-delà des frontières, et nous sommes impatientes d'exploiter ce pouvoir depuis la Finlande."

"En Espagne, nous défendons le droit à l'avortement dans notre Constitution, en écho à la récente décision de la France. Nous nous joignons à ce vaste mouvement féministe pour garantir un avortement gratuit et accessible dans tous les États membres de l'UE. Cette fois, nous nous positionnons en première ligne. Nous allons unir nos voix pour renforcer la chaîne qui représente l'ensemble du mouvement féministe au niveau européen", déclare Kika Fumero, qui dirige la fraction espagnole du mouvement "Ma voix, mon choix" avec Cristina Fallaras.

"Le peuple irlandais, qui a voté massivement en faveur de l'abrogation de l'interdiction constitutionnelle de l'avortement lors d'un référendum historique il y a cinq ans, comprend la douleur et la stigmatisation qui accompagnent le fait de se voir refuser des services essentiels de santé obstétrique dans son propre pays. Bien que de nombreuses femmes et personnes enceintes aient pu accéder à des services d'avortement en Irlande depuis 2019, des obstacles législatifs et opérationnels persistants signifient que certaines femmes sont toujours forcées d'avoir recours à l'avortement.

« Des obstacles législatifs et opérationnels persistants font que certaines femmes sont encore obligées de se déplacer", explique Doireann Crosson, National Women's Council of Ireland (Irlande). Richael Carroll, de la Campagne pour le droit à l'avortement (Irlande), poursuit : "Si personne ne devrait jamais avoir à se déplacer pour accéder à des services d'avortement, il s'agit là d'une étape sur notre long chemin pour rendre l'avortement plus accessible. En République d'Irlande, nous savons à quel point nos services sont restrictifs et nous connaissons l'effet d'entraînement que cela a sur la capacité des gens à accéder aux services d'avortement dans les délais impartis. Nous continuerons à travailler et à nous battre pour rendre l'avortement accessible à toutes les personnes qui en ont besoin ou qui le souhaitent. »


La voie à suivre

Comme l'a souligné la conférence de presse, le mouvement ne fait que commencer. Avec l'enregistrement de l'initiative et la planification des prochaines étapes, "Ma voix, mon choix est notre avenir commun, célébrant la liberté de décider de nos propres vies. Nous avons décidé de faire de l'avortement sûr et accessible en Europe une réalité : si la Commission européenne refuse notre initiative en raison de jeux politiques avant les élections européennes, nous sommes prêtes à demander justice devant la Cour de justice de l'Union européenne", a expliqué Alice Coffin.

Marta Lempart, de la Polish Women's Strike, poursuit : "Je viens d'un pays où des femmes meurent à l'hôpital parce qu'on leur refuse l'avortement. Et d'un pays où les dernières élections ont été remportées par les femmes et les jeunes, qui ont voté pour la fin de l'enfer des femmes. 6 mois plus tard, nous avons 4 projets de loi sur l'avortement au Parlement. 2 pour légaliser l'avortement et 1 pour dépénaliser l'avortement, soutenus par plus de 90 % des électeurs de la coalition gouvernementale.Mais seule l'interdiction de l'avortement sera autorisée, car notre coalition gouvernementale compte un parti fondamentaliste chrétien qui ne permettra jamais la fin de l'enfer des femmes en Pologne.C'est pourquoi nous avons besoin d'un niveau européen.Nous devons être plus malins qu'eux. Nous avons besoin d'espoir. Nous avons besoin de travailler.Nous avons besoin de sentir que nous ne marchons pas seules - et la solidarité européenne est le fait de ne pas marcher seules dans la pratique."

Lana Bobić, une militante féministe croate, ajoute qu'"en Croatie, l'avortement sur demande est légal, mais souvent indisponible en raison du coût et de l'indisponibilité due à l'"objection de conscience" dans de nombreux établissements de soins de santé. Les femmes ne peuvent pas être les victimes de mauvaises politiques qui sont en conflit avec les valeurs fondamentales sur lesquelles repose l'UE.Il est temps d'agir.

Sarah Durieux, l'une des principales femmes à avoir coordonné la campagne qui a permis d'inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution française, a déclaré : “Le pouvoir des personnes qui se rassemblent pour lutter pour la même cause peut inspirer des actions et créer des mouvements dans toute l'Europe, dans le monde entier."

Un appel à l'action : Rejoignez la campagne "Ma voix, mon choix

Le mouvement "Ma voix, mon choix" appelle les Européens de tous horizons à se joindre à la solidarité pour les droits des femmes. Il s'agit d'un mouvement d'espoir, de résilience et d'autonomisation, qui envisage un avenir où chaque femme peut faire des choix sur son corps sans peur, sans stigmatisation et sans restrictions. Sur la page web : www.mavoixmonchoix.org, elles  invitent les gens à rejoindre leur mouvement et à les aider à recueillir un million de signatures au sein de l'UE.


Comments


bottom of page